Comment Surmonter La Tromperie ?

Comment Surmonter La Tromperie ?

de lecture - mots

« L’amour supporte mieux l’absence que le doute ou la trahison » affirme le romancier André Maurois. L’infidélité est-elle donc insurmontable ? Nous pensons que le couple peut y faire face, mais que cette décision demande beaucoup de travail. Le retour de la confiance résulte d’une série d’efforts mutuels à effectuer étape par étape, que nous allons vous détailler dans cet article. Voici comment surmonter la tromperie dans un couple :

1. Accepter de souffrir pour mieux guérir

Apprendre l’infidélité de son partenaire fait mal et les premières réactions sont souvent impulsives et irréfléchies. La première étape consiste donc à ne pas lâcher prise et accepter d’aller mal pour ensuite pouvoir aller mieux. Concrètement, on s’autorise à pleurer, à exprimer sa colère ou à se confier à un proche. Admettre la situation est souvent difficile, surtout si l’on est trompé pour la première fois. Il est alors essentiel d’être attentif à ses sentiments, de porter attention à ses peines et de les exprimer pour les évacuer. Lors de cette première phase, toute la relation est remise en question. De nombreuses questions se posent et brouillent les pensées. Mais il est nécessaire d’accepter de souffrir pour pouvoir entamer un travail sur soi et éviter de tomber.

2. Travailler sur soi avant d’aller vers l’autre

Une infidélité fragilise l’estime de soi. Une étape essentielle consiste donc à faire le point. La remise en question joue beaucoup dans le retour de la confiance. Il faut alors essayer de comprendre comment et pourquoi l’infidélité a pu se produire. Une réflexion profonde s’impose : la routine, les disputes, les désaccords chroniques, etc. Bien entendu, cette phase est impossible si l’on n’a pas encore accepté sa souffrance. Lorsque l’on est encore submergé par les sentiments, on est incapable d’évaluer objectivement la situation.

Il ne s’agit pas ici de s’accuser ni de se tenir responsable de ce qui s’est passé. En effet, l’une des premières réactions face à la tromperie est de s’accuser soi-même. Quand on culpabilise on est encore dans le tourment et cet état est nuisible pour soi-même et pour le couple. La honte est également une émotion courante quand l’autre est allé voir ailleurs. On se sent trahi, blessé et on n’ose pas évoquer ce qui s’est passé. Beaucoup s’isolent et ressassent leurs possibles erreurs, seuls dans leur coin. Le travail sur soi commence donc par la déculpabilisation en n’ayant pas honte de demander du soutien à ses proches. On peut alors retrouver suffisamment d’estime de soi pour envisager la reconstruction.

3. En parler pour mieux comprendre

Une fois les larmes versées, le travail d’introspection effectuée, l’estime de soi retrouvée, on est prêt à se tourner vers l’autre pour en discuter. À deux, à cœur ouvert, on parvient à comprendre ce qui s’est réellement passé. En effet, lorsque l’on s’isole avec des scénarios (souvent les pires) on se conforte dans la dramatisation et le manque d’objectivité. Lorsque l’on fait un pas vers l’autre pour en parler, on se retrouve face à la réalité.

Cette discussion porte sur les responsabilités de chacun, les comportements ou les mauvaises habitudes, les négligences qui ont pu conduire à l’adultère, etc. Il est important de préciser que la tromperie ne signifie pas forcément qu’on ne s’aime plus. Elle peut résulter d’une situation inconfortable ou inhabituelle : chômage, deuil, problèmes personnels, etc. Cette « dérive » peut aussi provenir d’une incompréhension, d’une distance physique, d’un manque de communication, etc. 

Lorsque l’on décide d’en parler, il faut aller jusqu’au bout. Autrement dit, il faut rentrer dans les détails pour éviter de spéculer sur ce qu’il a pu se passer ou non. On ne le répètera jamais assez, chaque étape est essentielle pour surmonter cette épreuve. On n’est donc pas prêt à écouter ces détails si on n’a pas encore réussi à pleurer et à travailler sur ses propres sentiments.

Lorsque l’on décide de sortir de la trahison, il faut poser les bonnes questions. Celles-ci doivent être précises, sans sous-entendus : lieu de rencontre, identité du (de la) rival(e), premiers contacts, etc. Les relations intimes doivent également être abordées. Elles sont essentielles pour accepter entièrement la réalité et peuvent aider à avancer si la tromperie s’explique par un manque de complicité ou d’épanouissement sexuel.

Toutefois, les partenaires ne sont pas obligés de tout se dire, chacun peut garder une part de mystère et préserver son jardin secret. Il faut se dire l’essentiel, parler des éléments importants, mais aussi garder à l’esprit que les raisons profondes de la relation extra conjugale peuvent être très diverses. Si l’on ne parvient pas à établir de dialogue, une thérapie de couple peut s’avérer utile.

4. Pardonner pour mieux se reconstruire

Cette étape, sans doute la plus difficile, consiste à pardonner. Elle est en quelque sorte l’aboutissement de tous les efforts fournis. Cet acte est le pilier de la reconstruction du couple. On sait que la confiance se perd facilement et dans ce cas, la retrouver est un véritable challenge.

Quand on décide de pardonner, c’est qu’on souhaite de nouveau faire confiance et tomber amoureux de la même personne. Le défi est également de pouvoir imaginer un projet commun. Le pardon se trouve à un autre niveau que la déception, la colère ou le ressentiment. Il ne s’agit pas non plus d’oublier ce qui s’est passé, mais d’en prendre conscience et de faire en sorte que cela ne se reproduise plus.

Les deux parties doivent beaucoup travailler pour que le pardon soit sincère. Celui-ci s’apprend et doit se cultiver au quotidien. Il est un pré-requis au retour de la confiance et doit se mériter. Il convient de rétablir le sentiment de sécurité en laissant la colère et la souffrance de côté. Le dialogue doit pouvoir y aider, surtout si la discussion a montré que le couple s’aimait encore.

Sur le plan sexuel, faire l’amour peut aider à ressentir de nouveau de la complicité et à éprouver des sentiments amoureux. Toutefois, cette progression n’est possible que si le ressentiment et la colère sont définitivement dépassés. Les partenaires se sentiront alors à nouveau en sécurité et seront capables d’imaginer une vie de couple qui s’inscrive dans le temps.

5. Conclusion

Lorsque l’on doit surmonter l’infidélité, il est nécessaire de procéder étape par étape. Cette épreuve est difficile, mais pas impossible. Le couple doit retrouver sa complicité au travers de phases toutes aussi importantes les unes que les autres. Des premières larmes aux premiers contacts physiques, une série d’efforts aussi douloureux que nécessaires doivent être consentis. Le rétablissement de la confiance s’acquerra au fil du temps, le pardon en étant la phase la plus importante.


Recevez nos articles dans votre boite email.